Un saut à l’élastique au viaduc de la Souleuvre

1

Amateur de grands frissons, bonjour. Ce week-end, alors que rien n’était prévu, j’ai réalisé mon premier saut à l’élastique. Et outre la vidéo de mon saut que vous pourrez voir en fin d’article, je souhaitais vous en parler pour pourquoi pas, vous convaincre de faire le grand saut à votre tour.

J’ai effectué mon saut à l’élastique au viaduc de la Souleuvre en Normandie. Le lieu est bien connu et a mainte fois été cité dans les journaux et à la télé. Donc, au départ j’y étais pour découvrir l’endroit et faire une ballade. Mais sur un coup de tête et en voyant plusieurs personnes sauter, je me suis dit et pourquoi pas moi ? Après tout, on ne sait pas ce qu’il peut nous arriver et il faut donc en profiter tant que l’on est en bonne santé. Me voilà donc inscrit. Petit conseil, réservez votre saut à l’avance sinon soit ce ne sera pas possible de sauter soit vous serez relégués (comme moi) en dernier et le temps d’attente sera d’autant plus long.

Sauter à l’élastique du viaduc de la Souleuvre, c’est faire une chute de 61 mètres de haut. Pour un premier saut, j’étais attaché au niveau des chevilles. Le plus impressionnant reste le moment où l’on a les pieds au bord de la passerelle et où l’on fixe le vide. Puis vient l’impulsion et le vide. Certains crient d’autres non. Personnellement pas un bruit n’est sorti de ma bouche. J’étais comme aspiré par le vide, comme si j’étais coupé de l’espace-temps. Puis vient le moment où j’arrive en fin de tension de l’élastique et où je tente de toucher l’eau si lointaine il y a quelques secondes et à portée de main maintenant. Je me dit que le plus dur est fait mais non, l’élastique fait le job et me renvoie une trentaine de mètres plus haut. Au point culminant, on flotte comme si on était en apesanteur une fraction de seconde puis on retombe à nouveau. A partir de là, je ne suis plus qu’un ver au bout d’un fil de pèche, me tortillant pour tenter de trouver un équilibre précaire. En vain. Seule une perche me permettra d’atteindre à nouveau la terre ferme. Pendant quelques minutes, étourdis, je repense à ces quelques secondes de plaisir infini ou rien ne peut nous atteindre.

Même si le prix est assez élevé (119 €), l’expérience en vaut la chandelle. D’autant que l’on vous délivre un carnet validant votre saut et surtout permettant de faire les suivants pour seulement 59 € à vie par saut. Ce qui est beaucoup plus abordable. Finalement, mon seul regret est que les caméras qui filment ne le font pas en HD. Allez, on espère qu’il feront l’upgrade bientôt.

En tous cas, un grand bravo à toute l’équipe qui encadre les sauts, toujours avec le sourire et surtout avec un grand professionnalisme.

 Pour conclure, j’arrête de parler et je vous laisse regarder mon saut :

Un commentaire

Laissez un commentaire