Anime - MangaManga

Avis Manga : Kaiju N°8 Tome 1

Dès les premières pages de Kaiju N°8, je me suis senti replongé dans un univers à la Pacific Rim. Et honnêtement, ce n’est pas pour me déplaire, au contraire. Les Kaiju sont de retour, sachez-le !

  • Titre : Kaiju N°8 – Tome 1
  • Scénario & Dessin & : Naoya Matsumoto
  • Edition : Kazé
  • Date de parution : 6 Octobre 2021
Kaiju N°8 Page

Synopsis Kaiju N°8 – Tome 1

Le Japon est le pays qui recense le plus d’incidents liés aux Kaiju, des monstres géants à la puissance destructrice. Pour assurer la sécurité de la population, une unité d’élite a été créée et intervient dès qu’un Kaiju est repéré afin de l’éliminer. Hibino Kafka lui, est un travailleur de l’ombre puisqu’il fait partie de l’équipe de nettoyage qui intervient après l’élimination des monstres. Il a toujours rêvé de faire partie de l’unité d’extermination mais a petit à petit abandonné son rêve. Mais son rêve va peut-être devenir réalité quand une sorte de mini-Kaiju pénètre dans son corps et le transforme à son tour en Kaiju surpuissant ! Il va essayer d’intégrer la fameuse unité d’élite mais pour cela, il va devoir apprendre à maîtriser sa nouvelle force et surtout, cacher sa véritable nature aux autres…

Kazé

Kaijū (怪獣?, litt. « bête étrange » ou « bête mystérieuse »)1 est un terme japonais pour désigner des créatures étranges, particulièrement des monstres géants des films japonais appelés kaijū eiga.

Wikipedia

Dans le tome 1, nous sommes directement parachutés lors d’une invasion de Kaiju. On y découvre un monde qui ressemble terriblement au nôtre. Hormis le fait qu’il existe des forces de défense pour se battre contre la menace et d’autres pour nettoyer les restes de monstre. Eh oui, une fois occis, il faut bien que des gens se tapent le sale boulot (découper, nettoyer, etc.). C’est dans cette deuxième équipe que le héros travaille. Trentenaire, un peu looser, Kafka Hibino voulait faire partie des équipes en première ligne mais il fût recaler aux examens d’entrée. Shonen oblige, on découvre qu’il avait fait une promesse avec une fille, Mina Ashiro, quand il était tout petit. Evidemment, celle-ci fait partie des « chasseurs » de Kaiju les plus célèbres et ils me semblent qu’ils ont perdu contact depuis.

Kaiju N°8, Mi-homme, mi-Kaiju !

Une double rencontre lancera l’histoire. La rencontre de Kafka avec un p’tit nouveau qui va le rebooster moralement d’une part. Et d’autre part, celle d’un mini kaiju de poche qui va littéralement forcer Kafta à l’ingurgiter. Par voie de conséquence, notre héros pourra désormais se transformer en mi Homme mi-Kaiju, lui offrant ainsi un pouvoir capable de rivaliser avec les immenses Kaiju qui déferlent sur Tokyo notamment. Ni une, ni deux, le revoilà aux portes de l’examen d’entrée des bataillons anti-Kaiju. Arrivera-t-il à rejoindre Mina sur la première ligne de défense, d’où vient ces pouvoirs et arrivera-t-il à les maitriser, qui est cette étrange entité qui murmure aux oreilles des Kaiju ? Ce premier tome ouvre de nombreuses questions et tient bien en haleine le lecteur.

Une surprise Kaijuesque

Tout le matraquage médiatique autour du titre pouvait générer de l’appréhension. En effet, Kazé a sorti la grosse artillerie pour promouvoir ce nouveau Shonen. Mais après la lecture de ce premier tome, j’ai trouvé ce démarrage très satisfaisant. Certes il n’y a pas de grosses surprises mais c’est bien exécuté. Et puis pour une fois le héros n’est pas un jeune fluet mais un trentenaire un peu looser sur les bords. C’est bien, ça change. Enfin il faut avouer que cet univers fonctionne plutôt bien sur moi, tout comme le rythme mené tambour battant de la première à la dernière page avec un joli cliffhanger en guise de conclusion. Bref un shonen très prometteur. J’en redemande et ça tombe bien puisque le tome 2 sortira très rapidement : le 8 décembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page