Mes Tests JV

Neo The World Ends With You, le test sur PS5 !

Je pensais vous partager mon test de Neo The World Ends With You bien plus tôt. Cependant, j’ai largement sous-estimé la durée nécessaire pour atteindre la fin. Il faut dire que cette suite n’est pas avare en aventure, en péripéties et en twists infernaux qui relancent l’intrigue sans cesse. Il m’aura fallu entre 30 et 40h pour atteindre la fin du soft. Mais avant de rentrer dans le détail, faisons un petit break pour repositionner le contexte de l’aventure.

Une suite aux notes nostalgiques

Neo The World Ends With You est une suite du premier épisode sortie à l’époque sur Nintendo 3DS en 2008. Il était d’ailleurs ressorti il y a quelque temps sur Nintendo Switch (2018). Cependant aujourd’hui, ils sont difficilement trouvables à des prix décents en occasion. Mais si vous voulez vous mettre à la page, ils ont eu la bonne idée de sortir un anime en douze épisodes (sur Wakanim). Ils retracent rapidement tous les événements qui ont vu Neku se sortir du jeu des Reapers. Et je ne peux que vous conseiller de le voir.

En effet, s’il s’agit d’une nouvelle aventure se déroulant quelques années après, vous serez beaucoup plus à l’aise pour comprendre dès le départ l’intrigue et les sous intrigue de l’aventure. Et sans en dire plus sachez que des personnages du premier opus se grefferont à l’histoire et pas des moindres. Tetsuya Nomura et Takeharu Ishimoto sont une nouvelle fois à la baguette et cela se ressent dès les premières minutes de jeu.

Shibuya mon amour !

L’action se déroule toujours à Tokyo autour de Shibuya. Là, Rindo et Fret, deux amis, sont envoyés dans l’Underground (UG), un univers identique au monde réel (RG) mais dont ce dernier n’a pas conscience. Les deux compères se trouvent embarqués dans le jeu des reapers. Un jeu où ils lutteront pour leur survie contre d’autres joueurs sous l’oeil des Reapers des êtres à l’apparence humaine mais dotées d’ailes noires et dont les motivations restent mystérieuses. Contrairement au premier épisode la compétition se fera par équipes et non par duos, ce qui ajoute du piment et de la nouveauté dans les épreuves à traverser.

De nouveaux protagonistes feront leur apparition autour de Rindo et Fret mais je n’en dirai pas plus pour vous garder la surprise. En tout cas on retrouve le même séquencement que dans le premier jeu. Une partie du jeu des reapers se déroule sur une semaine. Chaque jour une nouvelle mission est confiée aux équipes. Les gagnants choisissent leur gain et la dernière équipe est effacée complètement… Sans espoir de retour dans le monde réel.

Les missions demanderont de se battre mais une grosse partie de l’aventure se déroule en mode visual novel dynamique pour nous conter l’histoire. Chaque protagoniste principal a également un pouvoir particulier. Ainsi Rindo pourra remonter dans le temps, Fret pourra forcer un individu à se remémorer un évènement en particulier et Nagi pourra quant à elle, plonger dans l’âme d’une personne envoutée par des échos. Ces pouvoirs font partie intégrante de l’histoire. On ne pourra pas les déclencher quand on veut.

Fight !

Outre les équipes adverses, les échos habitent l’UG. Ce sont des monstres dont il faudra se défaire à maintes reprises. Pour cela nos combattants seront équipés de pins qui recèlent des pouvoirs magiques. Les combats peuvent êtres rébarbatifs au bout d’une vingtaine d’heures. Les 300 et quelques pins qui proposent autant d’attaques différentes compensent cela. Pour les récupérer il faudra les obtenir principalement de deux façons. Soit en battant des echos soit en les achetant chez mes commerçants qui ont droit de commerce dans l’UG.

Parlons des combats, ils se déroulent en temps réel. Une touche est associée à l’attaque de chacun des personnages. Selon le pins équipé, le déclencheur de l’attaque sera différent. Il faudra alors tapoter la touche (carré, triangle), la maintenir puis la lâcher ou encore juste la maintenir jusqu’à épuisement de sa jauge d’action (R1, R2, L1 ou L2). Car oui, chaque pouvoir consommera la jauge d’action du personnage. Une fois vidée, celle-ci se régénère (à quelques exceptions près). Pendant ce temps là, le personnage ne peut rien faire. Il faudra alors jouer de son doigté pour effectuer des combos et faire monter sa jauge de Groove. A son maximum, elle permettra de déclencher une attaque dévastatrice. Enfin, point important, seul le personnage en action peut recevoir des dégâts des ennemies. Quand il n’attaque pas, c’est le CPU qui gère leurs déplacements.

Vous comprenez maintenant la complexité des combats. Il faut savoir attaquer, comboter, passer d’un perso actif à l’autre pour éviter de subir des dégâts, etc. etc. Toutefois malgré cette complexité et la possibilité de réaliser de belles choses, les combats ont tendance à être un poil brouillon et à favoriser le matraquage de manette. Pour aller vite mais aussi parce qu’au bout d’un moment, les combats sont trop répétitifs. Seuls les combats de boss demanderont de la réflexion et nécessiteront de ne pas foncer dans le tas.

RPG Mode Activé

Neo The World Ends With You est avant tout un Action RPG. Ainsi on retrouve des composantes classiques du genre. Notre équipe gagnera de l’XP qui boosteront leur stats. A noter un choix très intéressant pour moduler la difficulté du jeu. D’une part on peut y jouer en easy, normal ou hard. Mais au sein de ces même modes, on peut niveler à la baisse notre niveau afin de booster les loots notamment. Les pins peuvent également gagner en puissance (level) mais peuvent aussi évoluer en d’autres pins. On peut suivre tout cela dans un menu dédié du jeu qui permet aussi de suivre notre collectionnite (pins, documents, musiques, etc.). On a aussi la possibilité de déjeuner dans l’un des restaurants de Shibuya, augmentant ainsi nos caractéristiques durant un temps limité.

Enfin on pourra débloquer des skills spécifiques au fur et à mesure de l’histoire via nos connexions avec les autres personnages de l’aventure. Ces liens progressent avec l’histoire mais aussi par nos actions (achats, quêtes secondaires). Je vous conseille d’y jeter un oeil car on y débloque des choses très intéressantes.

Neo The World Ends Witch You, c’est OUI

J’ai vraiment bien aimé Neo The World Ends With You sur plusieurs aspects. Déjà, retrouver le Shibuya que j’ai traversé en long et en large durant mes voyages au Japon fut un réel plaisir. Les musiques sont incroyables et plusieurs d’entre elles ont rejoint mes playlists. L’histoire même si elle traine quelques longueurs est très cool à suivre grâce à ses nombreux twists. Enfin la direction artistique de Shibuya et des personnages (Shoka ❤️) est très réussi grâce notamment à un Nomura bien inspiré. Ma reco pour que vous l’appréciez à sa juste valeur sera de bien regarder l’anime à défaut d’avoir fait le premier opus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page