Test Need for Speed sur PS4

0

Ea ! Ea ! Ea ! Mais qu’as-tu donc fait avec ce Need for Speed ? J’en attendais beaucoup, une sorte de revival des NFS Underground qui avait bercé ma jeunesse sur fond de Fast and Furious (les premiers hein après ça devient du film d’action lamba) mais il n’en est rien. Aujourd’hui Need for Speed accouche d’un jeu loin d’être au niveau et sans aucune originalité.

Et pourtant, ce nouvel opus possède une bonne base. Un jeu de caisses très agréable à l’oeil, proposant une conduite dynamique et une customisation des bolides très sympa. Même le choix de dérouler le scénario en POV (point of view) me convient même si c’est un peu déroutant au début. D’ailleurs chaque membre du crew, que l’on rejoint en début de partie, a une spécialité (drift, Sprint, etc.). Ce sont eux qui nous donnent des missions qui se révèlent être autant d’épreuve pour se faire remarquer et atteindre les sommets de ce nouvel opus. Le côté arcade des NFS est toujours présent et c’est tant mieux. La prise en main est rapide et l’on se prend rapidement pour un pilote hors pair en déboulant comme un fou aux quatre coins de la ville. Enfin le coté pimp my ride des véhicules est bien présent que ce soit coté mécanique ou esthétique. Sans égaler un NFS underground, il y a suffisament de choix (à débloquer en progressant en réputation) pour s’amuser à rendre sa voiture unique.

Need for Speed™_20151121002107

Pour le reste…

  • Un scénario sans grande originalité et trop décousu. Au final, on enchaine les courses machinalement.
  • Une météo qui s’adapte non pas en temps réel mais selon notre position sur la carte… Il en est de même pour le cycle jour/nuit. Du coup entre deux quartiers on passe de l’aube à la nuit et inversement sur une même ligne droite. En gros on roule quasiment toute le temps la nuit avec une variante quand il pleut.
  • Où sont passés les épreuves originales que l’on pouvait avoir sur un NFS Underground ? Je pense au sprint en ligne droite où il fallait optimiser les passages de boîte de vitesse par exemple.
  • Une ville vide de circulation. Ok 90% du temps on roule de nuit mais quand même.
  • Des flics assez nazes qui ne poseront jamais soucis.
  • Une progression non linéaire. Acheter un bon véhicule, doper ses performances dès le début et vous dominerez de la tête et des épaules la plupart des courses.
  • Un téléphone portable agaçant qui sonne toutes les 2 minutes (j’exagère un peu) avec en ligne son crew pour nous donner ou nous rappeler les épreuves.

Bref vous l’aurez compris, Need for Speed n’est pas un mauvais jeu en soi mais il manque cruellement d’ambition. À l’heure où les Forza, driveclub et autre Project Cars mettent les bouchées doubles pour arracher le bitume, Ea se contente du minimum. Et c’est bien dommage.

Rendez-moi Need for Speed Underground !

Ma note

6 Tomiiks.com

Laissez un commentaire