Test Project Cars sur PS4

0

Project cars est la dernière simulation automobile disponible sur PS4, Xbox One et PC. Développé par Slightly Mad Studios et distribué par Namco Bandai, Project Cars est avant tout un projet co-financé par les joueurs à partir de 2011. Plus de 3,7 millions de dollars de don avait été alors récolté. Tout ceci est bien beau mais la question que tout le monde se pose est : Est-ce-qu’il tient la route ce jeu de course automobile (vous l’avez ?).

Project Cars soigne sa conduite

Si le nombre de voiture fait pâle figure à coté d’un Forza ou d’un Gran Turismo, cela ne nuit pas à l’expérience de jeu. Il y a suffisament de voiture pour représenter l’ensemble des catégories automobiles du Kart à la formule 1 en passant par le rally ou les GT. Chaque voiture dispose de sa propre conduite, tenue de route, etc. Il est possible de régler de nombreux paramêtres au garage. Ils sont suffisamment nombreux pour que je sois perdu dedans. Chaque voiture dispose de sa vue intérieur modélisée de façon très réaliste évidement. Sur piste on ressent très bien les aspérités, le dénivelé ainsi que la moindre roue qui passe sur un bumper ou dans l’herbe. D’ailleurs la moindre erreur peut être synonime de tête à queue. Un conseil, si vous avez une roue hors de la piste, évitez d’accélerer trop brusquement sous peine de perdre le contrôle de votre bolide. Coté modélisation, il s’agit de l’un des points forts du jeux. Les voitures sont superbes et sont sujettes aux dégats impactant ou non (option) la conduite.

Des effets météo de folie

Donc oui les graphismes, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ou les images qui parsèment ce test, sont vraiments impressionnants. Mais ce qui l’est encore plus ce sont les effets météo qui rendent chaque course incroyable. En effet la météo se déroule en temps réel (on peut accélerer le temps en jouant sur les options). En mode course unique, il est possible d’ajuster l’heure de départ, de choisir les différentes conditions météo qui se dérouleront pendant la course ainsi que la vitesse où ces dernières vont apparaitre. On peut ainsi démarrer une course par beau temps puis voir une pluie fine arriver avant qu’un orage n’éclate carrément au dessus de la piste. Bien sûr entre temps le soleil s’est couché et piloter relève du miracle sur la piste détrempé. Ca vous a donné envie ? C’est clair que l’immersion est totale !

Un mode carrière cool mais pas assez immersif

Le mode carrière est vraiment sympa. J’ai démarré dans une écurie de Karting avant de finir à bord d’une formula one (je n’ai pas encore fini le mode carrière). Au grès de mes victoires, j’ai obtenu des invitations pour des events ponctuels puis des invitations à concourir dans des championnats plus relevés. Si l’on se débrouille bien on troquera rapidement son Kart pour de plus grosses cylindrées. Il y a également un coté social virtualisé. On fait ainsi grossir notre fanbase, ce qui fera tiquer de nouveaux sponsors voir de nouvelles écuries en quête non seulement d’un pilote mais d’une image publicitaire. A noter qu’une grosse partie des trophée sont déblocables dans le mode carrière.

Le coté négatif de ce mode est qu’il n’est pas assez immersif. Le coté social, les mails que l’on reçoit, les diverses invitations laissent trop vite la place au calendrier qui nous permet d’enchainer les courses sans véritable transition. J’aurais aimé un mode carrière avec une histoire, un rival ou que sais-je comme NBA 2K ou les Need for Speed savent le faire. Mais bon ne boudons pas notre plaisir la progression est bien gérée et pour chaque course on peut choisir le nombre de tour à réaliser et l’IA de nos concurents. Cela permet de garder de l’enjeu quelque soit notre progression (je pense nottamment à Gran Turismo où sur certaines très longues courses on peut avoir 10 tours ou plus d’avance sur le deuxième).

Face à ce mode carrière un peu décevant se trouve le mode communautaire online qui devrait offrir du challenge à n’importe quel joueur. Des courses sont organisées par la communauté ainsi que des time attack par les développeurs du jeu. Là encore il est possible de créer des compétitions en jouant sur tous les paramêtres du jeu (bolides, conditions météo, IA, etc.). Slightly Mad Studios offre un véritable bac à sable pour pilotes.

Une franche réussite

Alors que Driveclub proposait un jolie enrobage mais un jeu en kit, Project Cars réussit à proposer une expérience complète du premier coup. Il offre une belle simulation sportive couplée à des graphismes au top et à un mode carrière conséquent. Bien que n’ayant que 66 bolides pour le moment, cela ne doit pas être un frein pour votre achat tant celles-ci sont variées et ont chacune un comportement bien marqué. Slightly Mad Studios signe un très bon jeu de course automobile multiplateforme qui devrait pouvoir s’étoffer dans le temps grâce à quelques DLCs bien sentis.

Ma note

8 Tomiiks.com

Laissez un commentaire