Jeux vidéoTests jeux vidéo

Test SNK Vs. Capcom The match of the Millennium Switch

SNK Vs. Capcom The match of the Millennium s’offre une nouvelle vie sur la Nintendo Switch. Ce n’est pas le premier jeu Neo Geo Pocket Color a être porté sur la console portable de Nintendo. Toutefois cela reste un des plus emblématiques tant ce jeu est un petit bijou. Imaginez, les meilleurs combattants de Street et de SNK réunis pour se tirer la bourre sur une console portable. Au total, ce sont 26 personnages (dont 8 à débloquer) disponibles pour notre plus grand plaisir. C’était magique à l’époque (1999) et ça l’est toujours aujourd’hui.

Une Neo Geo Pocket Color dans votre Nintendo Switch

Avant de parler du jeu en lui-même, sachez que la Switch propose, au-delà d’afficher l’écran du jeu, l’affichage de la Neo Geo Pocket Color dans son ensemble. On peut en plus changer son apparence pour l’une des nombreuses déclinaisons qu’elle a connue. Ou encore zoomer pour ne garder que l’action. C’est un détail toujours sympa. On peut également ajouter des filtres ou même revenir en arrière quelques secondes même lors d’un combat.

SNK Vs. Capcom The match of the Millennium Select Characters

Un gameplay riche

Le gameplay reste calqué sur le jeu original. Nous avons donc deux boutons. L’un est attribué au coup de poing et l’autre au coup de pied. Selon la pression exercée, on va pouvoir réaliser des coups faibles (pression bref) ou des coups forts (pression longue). Cela demande un peu d’entrainement avant de bien maitriser ce que l’on fait. Mais après quelques heures, les premiers combos sortent de manière assez jouissive.

Ken versus Ryu Neo Geo Pocket Color

Une jouabilité compliqué en mode nomade

Je regrette toutefois qu’il n’y ait pas la possibilité de mapper les quatre attaques sur quatre boutons. Bah oui, la Neo Geo Pocket Color avait 2 boutons mais pas la Switch… Un bon gros coup de fainéantise de la part de SNK. De plus le stick de la Switch n’est clairement pas optimal pour se délecter de SNK Vs. Capcom match of the Millennium. Cela reste jouable mais clairement pour en profiter, j’ai vite rebranché mon pad pro. Et surtout pour mettre toutes les chances de mon côté pour arriver au bout du mode histoire. En difficulté normale les premiers combats sont une promenade de santé. Puis on arrive aux sous-boss et au boss de fin. Et là, on commence à se demander ce qu’il se passe. Le gap de difficulté est tel que j’ai eu envie plusieurs fois d’envoyer en l’air le pad.

Deathstalker

Pour conclure,ce portage m’a tout de suite séduit. J’ai été à la fois époustouflé par le rendu de la Neo Geo Pocket Color d’époque que par ce portage très fidèle. Quel plaisir de retrouver tous ces combattants et leur move set ultra complet alors que la Neo Geo ne disposait que de 2 boutons. Et en dépit d’une difficulté à rendre fou parfois, je n’ai pas arrêté d’y jouer ces derniers jours. D’autant plus qu’il y a de nombreux persos cachés à débloquer ! Quelque chose qui s’est perdu de nos jours, remplacé par ces foutus DLCs à payer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page