Test Steelseries Rival

1

Cela fait plusieurs jours que je teste une nouvelle souris gaming sur Reaper of Souls. Quoi de mieux qu’un hack’s Slash pour tester une souris ? La Steelseries Rival est une souris optique filaire disposant du tout dernier capteur de la marque, le Pixart PAW3310. A noter que celle-ci est uniquement destinée aux droitiers.

Steelseries Rival

Caractéristiques :

  • Poids : 110 g
  • Hauteur : 48mm
  • Largeur : 70mm
  • Longueur : 130mm
  • Câble : Filaire (gaine en caoutchouc)
  • Capteur : Pixart PAW3310
  • DPI max : 5000 réglables par étape de 50
  • Hertz : 125-500-1000

Coté design, la Steelseries Rival arbore une robe noire qui se distingue par une surface à grip sur les cotés pour assurer une bonne prise en main et une surface soft touch sur le dessus pour un toucher plus agréable. Elle va à l’essentiel en ne proposant pas de nombreux boutons programmable. Les deux clics principaux, une molette, deux boutons sur le coté gauche (au niveau du pouce) et un bouton sur le dessus de la souris. Les boutons propose un clic court et silencieux, ce que je trouve plutôt agréable en jeux et qui évitera de saoulé votre entourage environnant. La molette est à cran. Il n’est pas possible de la rendre en roue libre comme une G500 de Logitech par exemple. elle ne permet pas non plus de faire des clics latéraux. Dommage car cela aurait permis deux actions supplémentaires sans surcharger la forme de la souris. Le bouton sur le dessus, permet, comme on le verra plus tard, de changer le profils de la souris à la volée. Enfin pour terminer, le fil n’est pas tressé, il est en caoutchouc.

Steelseries Rival face

Je terminerai le tour de la Steeseries Rival par le logo qui s’illumine et par une zone arrière qui permet de mettre une plaque personnalisée. Le logo peut ainsi prendre l’une des 16,8 millions de couleurs tandis que l’emplacement pour la plaque de personnalisation peut être utilisé avec l’une des deux plaques fournis de base. Encore mieux, Steelseries propose le modèle 3D de ces plaques. Ainsi, avec un peu d’huile de coude et une imprimante 3D, il est possible de créer sa propre plaque customisée selon son envie. La personnalisation a de beaux jours devant elle avec l’avènement des imprimantes 3D.

Steelseries Rival faceplate

Enfin dans forme, la steelseries Rival est très allongée et risque de ne pas convenir au petites mains. Personnellement, je m’y suis bien adapté et ma paume s’appuie bien dessus. Au final, je trouve son utilisation plus agréable qu’avec ma Steelseries Kinzu V2 Pro qui est plus courte.

Steelseries Rival forme comparaison

Bonne nouvelle, cette souris est compatible avec le Steelseries Engine 3. On a donc un soft qui permet de la configurer facilement et d’y enregistrer deux profils bien distincts. Cela permet de switcher entre deux types de jeux sans avoir à tous reconfigurer à chaque fois. Le switch de profils se fait depuis le bouton sur le dessus de la Steelseries Rival. Tous les boutons peuvent êtres ré-arrangés. C’est également ici que l’on pourra configurer la couleur des éclairages de la souris.

Steelseeries Rival Config

J’ai donc lancé Reaper of Souls plusieurs heures cette semaine pour tester la Rival. J’ai ajusté la sensibilité via le Steelseries Engine 3 pour qu’elle convienne à mon style de jeu. Et bien, je dois vous l’avouer, elle m’a bien plu. Je n’ai pas senti d’accélération ou de décélération lors de mes différentes parties. Elle répond du tac au tac, et je vous confirme ma préférence pour cette souris un peu plus allongée. J’ai senti moins de gène dans la durée au niveau du poignet.

Steelseries Rival éclairage

Pour un prix de 60 €, La Steelseries Rival fait office de bon plan pour qui recherche une souris gaming de qualité. Evidemment, si vous cherchez une souris avec plein de boutons pour faire des macros (pour les Moba par exemple), elle ne fera pas l’affaire. Mais pour du hack’n slash ou du FPS, je pense qu’elle conviendra parfaitement.

Ma note

7.0 Tomiiks.com
  • Design / Finition 7
  • Performance 7
  • Prix 7

Laissez un commentaire