Test The Order 1886 sur PS4

1

The Order 1886 est la dernière pépite du studio Ready at Dawn sur PS4. Basée sur un scénario original, Sony misait beaucoup sur cette nouvelle licence et le moins que je puisse dire, c’est que The Order 1886 a alimenté beaucoup de conversation ces dernières semaines. En cause, sa durée de vie plutôt courte, ses nombreuses cinématiques et ses QTE parsemant quelques scènes d’action.

Je vais évacuer tout de suite le sujet de la durée de vie. Oui, The Order 1886 se finit rapidement ! J’ai bouclé le jeu en huit heures tranquillement sans rusher le jeu. Est ce que c’est un problème pour moi ? Non. Je pourrais vous citer des jeux newgen qui ont une durée de vie beaucoup plus longue et pour lesquels je me suis fais chier royalement au point de ne pas les terminer (coucou Wolfenstein : The New Order). Là au moins j’ai pris mon pied du début jusqu’à la fin : une histoire originale bien narrée, un univers steampunk très marqué, une réalisation parfaite et des phases d’actions plaisantes. Pour tout vous avouer même, j’ai fini le jeu d’une traite avec une pause déjeuner au milieu :p

L’univers de The Order 1886 est sous influence SteamPunk. Un genre bien connu maintenant mais pas si souvent employé que ça dans les jeux vidéo.

Par extension sont assimilés au genre du steampunk les récits qui se déroulent soit dans le futur, soit dans un présent uchronique alternatif — où apparaissent des personnages historiques ayant réellement existé —, quand leur décor rappelle le design de l’environnement industriel du xixe siècle ou que la société qu’ils décrivent ressemble à celle de l’époque édouardienne, socialement très rigide et cloisonnée. (Source Wikipédia)

The order

L’Angleterre Victorienne en mode SteamPunk

Un univers original bien travaillé

L’aventure se déroule en l’Angleterre à l’époque Victorienne qui marque l’apogée de la révolution industrielle britannique. La royauté et la population sont sous la protection de l’Ordre. Une entité créé par Arthur et les chevaliers de la table ronde. Les siècles ont passé et cet ordre à perduré protégeant ainsi la population des rebelles et des Hybrides. Ces derniers sont des humains frappés d’une malédiction qui les transforme en Lycan.

Des choses étranges se déroulent dans la petite ville de WhiteChapel et tout indique que l’hôpital en est la source. Bien que le grand chancelier refuse de lancer l’assaut, Perceval accompagné de Galahad (le personnage que l’on incarne), d’Igraine et du Marquis Lafayette partent mener l’enquête non sans avoir au préalable emporter l’armement fourni par Nikola Tesla, inventeur émérite de son époque.

Evidemment, rien n’est simple et Galahad devra faire des choix pour lever tout le mystère qui entoure ce qui se trame à WhiteChapel. Complots, Trahisons, Rebelles, Lycans tous les éléments sont là pour pimenter l’intrigue… à moins qu’un autre élément ne vienne jouer les troubles-fêtes.

L’univers est bien foutu et pour peu que l’on ne soit pas réfractaire à l’esprit SteamPunk, l’immersion se fait très rapidement. Petit conseil, mettez la langue de la PS4 en Anglais pour bénéficier de la VO. L’un des personnages est Français et s’exprimera dans cette langue par moment.

The Order

L’enquête nous mêne dans les profondeur du métro londonien.

Cinématique ? Gameplay ? Les deux mon bon monsieur

C’est sur ce point précis que The Order 1886 est tout simplement époustouflant. Les graphiques sont magnifiques et j’ai bien cru me fracturer la rétine sur certain plan. Les décors, les armes, les tenues, les visages, tout est absolument magnifique. A tel point que l’on peut inspecter de près certains éléments du décors (collectibles pour les trophées) et l’on se prend au jeu de les manipuler dans tous les sens pour distinguer le moindre détail. Et de dire des différentes matières qui sont présentes ? Cuir, tissu, texture de la peau, métal, c’est propre mais au point où on aurait l’impression de se balader dans un musée de cire. Ainsi, on sent bien la crasse qui émane de WhiteChapel. La maison de joie tout en bois donne aussi ce sentiment. Enfin le truc le plus bluffant c’est qu’il n’y a pas (c’est quasiment imperceptible) de transition entre les cinématique et le jeu. La première fois cela fait tout drôle, je me suis dit bon c’est bloqué ? non, non, le jeu était en marche et je contrôlais Galahad ! The Order 1886 devient tout simplement la référence graphique sur console.

The Order

Un petit coté Bloodborne je trouve

Prise de risque minimum sur le gameplay

Si je peux appuyer sur un point négatif de The Order 1886, c’est qu’à aucun moment, on ne sent une prise de risque de la part des développeurs. Le gameplay est ultra éprouvé et les mécaniques connus de tous. Une peu de QTE par ci, une phase d’infiltration par là, le tout parsemé de gunfight. Alors oui, tout est bien huilé et l’on ne s’ennuie jamais mais du coup ce n’est pas sur ce plan là qu’il faudra chercher de l’originalité ou de la nouveauté. Quelques armes viendront toutefois apporter un peu de sang neuf comme le fusil à termites. On tire d’abord une salve de poudre puis on balance une mini fusée pour tout enflammer. Grisant.

The Order

Le mini-jeu pour faire sauter certains verrous récalcitrants

The Order 1886 victime de la hype autour de son lancement ?

Le principal défaut de The Order vient peut être du fait qu’il a cristallisé beaucoup trop d’attention durant son développement. L’emballement de la presse, des blogueurs et des joueurs est retombé comme un soufflet lorsque l’on a découvert que le jeu se finissait en moins de dix heures.  Au point d’en oublier tout le reste ? Et bien vu comment l’Internet s’est emballé il faut croire que oui.

Exit donc :

  • La nouvelle licence (trop rare ces derniers temps)
  • Les graphismes jamais atteints sur une console de jeux vidéo
  • La bande son intéressante
  • Le scénario à rebondissement sans réel temps mort
  • le gameplay sans accroc mais certes un peu (trop ?) classique

Et bien c’est dommage d’oublier tout ça car, je vous le redis, j’ai adoré The Order 1886 comme j’ai adoré Heavy Rain et que j’ai détesté Beyond Two souls par exemple (d’autres jeux à polémiques, vous en conviendrez). J’en suis même à souhaiter des DLCs pour creuser l’histoire, les personnages secondaires et les questions restées sans réponse. Et pourtant je suis le premier à pester quand je vois une production sortir en même temps qu’une dizaine de DLCs à ses cotés.

The Order

La ville s’embrase !

Bref pour moi, The Order 1886 est un très bon jeu et il serait dommage de passer à coté si l’on possède une PS4. L’enterrer à cause d’une durée de vie trop courte serait une grosse erreur ! La seule chose que je lui reprocherais c’est de n’être pas aller assez loin dans le scénario. On s’attache à ce qui se passe, au présent mais il y a tant de questions sans réponse, tant de ramification possible et de zones d’ombres. J’espère que des DLCs seront prévus et qu’il ne faudra pas attendre la suite du jeu dans un ou deux ans.

Ma note

8 Tomiiks.com

Un commentaire

Laissez un commentaire