Anime - Manga

Avis Manga : Shinotori – Les ailes de la mort

Avec Shinotori, on fait un 180° par rapport à la derniere review manga de L’Atelier des sorciers. Cette fois, on se tourne vers le survial horror avec un bestiaire vraiment flippant. Kaze nous régale avec une histoire courte en trois tomes où la mort guettera à chaque page. Mais attention, si vous avez une phobie de nos amis volants, il serait peut être bon de passer votre tour de lecture cette fois-ci. D’ailleurs je remercie Praska de m’avoir prêter les trois tomes de Shinotori.

Lorsque l’avion dans lequel Kurô, un criminel en transit, est détourné par deux hommes masqués, tout bascule… Alors que les terroristes s’enferment dans le cockpit avec une fillette, Kurô neutralise le policier en charge de son transfert et se précipite pour porter secours à l’otage. Mais lorsqu’il entre dans le poste de pilotage, une scène d’horreur s’offre à ses yeux. Une monstrueuse créature ailée vient de massacrer et de mutiler tous ceux qui s’y trouvaient. Seule l’enfant est encore en vie. La liberté est à portée de main, mais pour survivre, Kurô devra payer le prix fort !

Kaze

Un Road trip survitaminé où l’horreur guette dans le ciel

Bon je vous avoue que j’ai avalé les trois tomes d’un coup. Les deux premiers sont très bons alors que le troisième m’a laissé un peu sur ma faim. Est-ce due à la fin un peu trop convenue ou parce que sa mise en forme me rappelle la fin de Noritaka ? Je ne sais pas. Peut-être attendais-je quelque chose de plus complexe tout simplement.

Toutefois ce road trip à cent à l’heure m’a beaucoup plu. On s’éloigne du classique shonen pour s’offrir une expérience brutale, horrifique, captivante et parfois même stressante. Effectivement on sent bien l’inspiration (réelle ?) des oiseaux d’hitchcock mais l’oeuvre s’en éloigne rapidement. Les oiseaux cèdent leur place à des humains qui ont mutés suite à un virus. Et tout comme avec les zombies, la moindre morsure engendrera un début de métamorphose. Il faudra toutefois attendre le troisième tome pour en découvrir l’origine.

En attendant cela, il faudra, pour le groupe de survivants, survivre… justement. Et ce n’est pas le monstre du deuxième tome qui leur donnera du répit. Celui-ci m’a profondément marqué. Surement parce qu’il adore jouer avec les yeux de ses victimes à leur en éjecter de leurs orbites. Globalement le bestiaire est très réussi et donnera quelques frissons à la première lecture. La structure globale du récit s’en tient à du classique (errance, rencontre d’un groupe de survivants, recherche de vivres et de médicaments, etc.) mais ça marche globalement bien.

Tuer ou se faire tuer, cruel dilemme !

De nombreux cas de conscience seront posé sur la table. Doit-on accueillir des réfugiés, faire confiance à la première main tendue, s’autoriser à laisser mourir quelques personnes pour en sauver ds centaines d’autres. La relation récente entre Kuro et l’enfant, Toki sera bien évidemment au coeur de l’intrigue. Mais pas seulement parce que Toki ressemble à la soeur disparue (morte?) de Kuro. Là encore les réponses se trouvent au bout des trois tomes.

Le coup de crayon est quant à lui réussi et dans le thème. Les détails de ces montres ailées sont très bien rendus. Et ceci autant que pour les victimes lacérées que pour ces créatures toutes droites sortie d’un cauchemar. On pourra noter toutefois quelques pages un peu brouillonnes qui ne permettent pas de distinguer au premier coup d’oeil l’action qui se passe. Quoi qu’il en soit je vous recommande chaudement cette lecture. Le format compact en trois tomes permet une action sans temps mort et une résolution de la trame sans longueur.

Informations générales

  • Dessin et scénario: Dr.Im
  • Editions : Kaze
  • Type : SEINEN
  • Nbr de pages: 192 pages 
  • Prix: 8,29 €
  • Date de parution : 4 novembre 2020
  • Série terminée : 3 tomes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page