Jeux vidéoTests jeux vidéo

Test Trails of Cold Steel IV sur Nintendo Switch

Trails of Cold Steel IV achève la l’histoire de cette saga commencé en 2013 sur PS3 et PS Vita. Sorti précédemment en 2018 (JP) et 2020 (europe) sur PS4, Trails of Cold Steel IV vient terminer le cycle de ses portages sur Nintendo Switch après la sortie du troisième épisode l’année dernière. En passant, si l’épisode 3 nous avait offert un sous-titrage en Français, bizarrement nous avons un rétropédalage ici avec la VO ou l’anglais pour les voix et uniquement un sous-titrage anglais pour les textes.

Un jeu pour les inconditionnels des Trails

Autant vous le dire, si vous n’avez pas joué aux précédents épisodes vous risquez de ne rien piper à la trame. Mais c’est très logique car l’histoire suit directement les évènements du précédent jeu. Heureusement, un résumé est disponible à la lecture. C’est un peu fastidieux mais très instructif à minima pour se remettre en tête les évènements principaux. Quelques jours après la dernière bataille, Juna, Kurt et Altina  s’en sont sorti mais Rean, lui, a été fait prisonnier par Osborne. Juna prendra alors le commandement du bataillon VII pour partir à la recherche de Rean tout en levant le voile sur les plans machiavéliques d’Osborne. La conclusion de cette saga nous donnera l’occasion de réaliser une large revue d’effectif. En effet, on a l’occasion de retrouver de nombreux personnages croisés tout au long des centaines d’heures de jeu passées sur les trois premiers jeux. A tel point que cela devient presque trop. On a l’impression (parfois) de survoler le destin de certain personnage. Et puis leur développement est assez inégal au final. Par exemple, des personnages hyper centraux de Trails of Cold steel 2 sont quasiment balayés du revers de la main.

Trails of cold steel IV

Une technique à revoir mais…

…difficile de s’en prendre à la Nintendo Switch ! En effet, la version PS4 du jeu n’était déjà pas une prouesse technique. Graphisme en deçà de ce que l’on peut attendre, loading des textures qui prend du temps ou encore des chutes de framerate qui apparaissent ci et là. Mais ne vous inquiétez pas, sur un RPG, même si ce n’est pas optimal ce n’est pas des plus dérangeants. Et puis on est moins regardant à la vue des capacités de la Switch. D’autant qu’avec la disparition de la PSP et de la PS Vita, c’est un vrai plaisir de pouvoir emmener ses RPG nippons partout avec soi. La bande son, quant à elle, est plutôt plaisante. Dans la lignée des bons RPG avec quelques belles envolées lyriques.

Trails of cold steel IV combat
Basttttton

Un RPG Classique aux multiples possibilités

Tout comme les précédents épisodes, Trails of Cold Steel IV est un RPG au tour par tour. Reprenant énormément les mécaniques du troisième opus, on se retrouve très vite en terrain connu. Les ordres, S-break, lost Art, les combats à bord de mécha, ils sont tous de retour ! Les mini-jeux également reviennent en force pour ce dernier épisode. Et comme vous le savez surement maintenant le mini jeu que je préfère c’est la pèche ! Il est bien présent aux-côtés d’un clone de Puyo Puyo,

Puyo puyo Trails of cold steel IV
Histoire de rajouter quelques heures de jeu…

Plus qu’un nouveau jeu, Trails of Cold Steel IV peut être considéré comme la seconde partie de l’histoire du 3e épisode et une évolution au niveau du gameplay tout au mieux. Est-ce un problème ? Un point négatif ? Non pas du tout. Au contraire, cela peut être considéré comme l’aboutissement total d’une grande saga qui nous aura emmené au quatre coins d’Erebonia. Le seul vrai problème qui pourrait se poser, c’est sa durée de vie. Avec plus d’une centaine d’heure à accumuler, il est fort probable que cet épisode quatre perde des joueurs en route. Mais bon quand on aime, on en compte pas (les heures de sommeil perdues).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page