Jeux vidéoTests jeux vidéo

Ys IX MONSTRUM NOX, le test sur Nintendo Switch

Deuxième RPG que j’ai parcouru cet été après Neo The World Ends With You, Ys IX MONSTRUM NOX fut une agréable surprise. Peut-être allez-vous être étonnés mais c’est le premier jeu de la licence auquel j’ai joué. Et force est de constater que je suis passé à côté d’une superbe licence développée par Falcom. J’ai adoré ce neuvième épisode distribué par NIS America. Et bien qu’il soit sorti en début d’année sur PS4 (fevrier 2021), c’est la version Switch disponible depuis juillet que j’ai testé. Enfin comment ne pas mentionné l’effort tant il est appréciable. Le jeu est entièrement traduit en Français. Bravo et Merci !

Adol le célèbre aventurier se retrouve jeté sans raison dans la prison de la ville pénitentiaire de Balduq. Alors qu’il tente de s’en échapper, il tombe sur une étrange femme qui le transforme en Monstrum et le plonge malgré lui en plein cœur du mystère insondé de la prison de Balduq. Explorez tous les recoins de la ville et de sa prison ! À vous d’éliminer tous les monstres qui parsèment les quartiers et les sous-sols ! Utilisez tout le potentiel de vos « Dons » de Monstrum ! Grimpez sur les murs, déplacez-vous instantanément de toit en toit, planez depuis le sommet de n’importe quel lieu élevé, en toute liberté ! Engouffrez-vous dans la « Nuit de Grimwald » et faites disparaître toutes les créatures démoniaques qui pullulent à l’intérieur, aux côtés des autres Monstrums !

Devenir Monstrum et purger le mal !

Si comme moi, vous découvrez le héros, Adol Christin, c’est que vous n’avez pas joué au précédent jeu de la série. De ce que j’ai compris, il s’agit un personnage récurrent que les joueurs ont pu déjà rencontrer. Mais bon ça ne m’a pas posé de problèmes de ne pas connaitre son passé. Quoi qu’il en soit, il est le héros principal de cette aventure. Et celle-ci commence plutôt mal puisque l’on se trouve dans l’enceinte carcérale de la ville de Balduq. En tentant de s’évader, nous faisons la rencontre d’une femme nommée Aprilis que l’on ne connait ni d’Eve ni d’Adam. Mais l’aide espérée ne viendra pas d’elle puisqu’elle nous tire dessus sans ménagement. Ce n’est pas la mort qui nous attend mais une métamorphose en Monstrum. En clair, nouveau costume, nouvelle arme, des pouvoirs spéciaux et la possibilité d’exorciser des monstres.

Le décors est planté, place à l’aventure. A l’aide d’autres Monstrum, l’objectif sera de repousser les monstres qui débarquent la nuit depuis une dimension parallèle. Et par la même occasion, trouver un moyen de quitter la ville en levant la malédiction qui pèse sur elle : « la Nuit de Grimwald ». Au total, c’est une équipe composée de 6 monstrums que l’on va gérer avec la possibilité de switcher instantanément entre eux en combat mais aussi lors des déplacements classiques. L’intérêt est de pouvoir utiliser leur pourvoir spécial unique. L’un peut courir sur les murs, un autre planer alors que Adol, lui, peut se téléporter vers un lieu éloigné.

Une durée de vie et une narration au top

YS IX fait partie de ces RPGs qui vous prennent par la main tout au long de l’aventure. Cela ne me gène pas du tout mais pour ceux qui souhaitent explorer et se sentir très libre quitte à se perdre seront déçus. Pour les autres sachez qu’il vous faudra tout de même une trentaine d’heure pour boucler l’aventure. Et bien plus si vous souhaitez faire toutes les quêtes annexes et ramasser tous les collectibles.

En tout cas l’écriture est de qualité tout comme le développement des personnages qui vont se joindre à nous. Plus l’on progresse et plus ils se révèlent tant sur leur passé que sur leurs motivations. Le rythme retombe tout de même de temps en partie à cause de quêtes annexes obligatoires qui permettront de débloquer d’autres parties de la ville. Toutefois, l’aventure est parsemé de twist et de retournement de situation qui vont relancer régulièrement notre envie de poursuivre le jeu. Outre les combats qui parsèment cette aventure, nous pouvons déambuler dans la ville de Balduk, visiter des échoppes, faire du commerce, etc. comme tout bon RPG digne de ce nom.

YS IX Les graphismes piquent les yeux sur Nintendo Switch
Les graphismes piquent les yeux sur Nintendo Switch

L’essence du combat

Ha les combats, voilà une bien belle réussite ! Ils sont grisants, dynamiques et techniques. Une jauge SP permet de délivrer des coups spéciaux tandis que R1+L1 active une sorte de boost qui met nos héros dans tous leurs états. Répéter cette double pression et il sera possible de lancer un coup dévastateur aussi spectaculaire que mortel ! Il ne faut pas hésiter à utiliser ses SP puisque ceux-ci se rechargent à chaque coup donné ainsi que progressivement lorsque l’on ne se bat pas. Evidemment, les différents coups spéciaux sont à débloquer et il faudra choisir intelligemment (et aussi selon sa façon de jouer) ceux que l’on attribue à ces personnages.

YS IX Skill
Tout feu, tout flamme

Comme je vous disais plus haut, on ne contrôle qu’un seul personnage à la fois. Mais il est très simple de switcher entre chaque même en plein combat. Et vous allez le faire souvent car les ennemis sont parfois plus sensibles à une arme qu’une autre. Cela permet également de faire participer tous les personnages même ceux avec qui on a le moins d’affinité. C’est plutôt bien vu. Bon après leur chara design est très cool donc on prend plaisir à tous les manoeuvrer.

Malheureusement, la réalisation technique défaillante gâche quelque peu ce tableau idyllique. J’ai noté plusieurs fois des ralentissements à l’écran lors des combats lorsque l’écran devenait trop chargé. N’ayant pas joué à la version PS4, je ne peux pas en être certain mais je pense qu’une fois de plus la puissance de la Nintendo Switch est mise à défaut. J’en profite pour évoquer le deuxième point négatif du jeu à savoir la réalisation graphique. Franchement ce n’est pas terrible, voir grossier parfois. De l’aliasing et du flou viennent se mêler à la fête également. Dommage, vraiment cela ne rend pas hommage au jeu.

YS IX Les EXTRA Skills sont savoureux
Les EXTRA Skills sont savoureux

Mais hormis ces deux points faibles, YS IX Monstrum Nox est une belle réussite. L’aventure est longue, haletante et les affrontements dès plus grisants (surtout ceux contre les boss). Sans doute un titre qui passera sous le radar de nombreux joueurs alors qu’une fois de plus, le jeu vidéo japonais nous délivre un jeu de qualité. Amateur d’Action RPG, foncez, YS IX est pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page