Jeux vidéoMes Tests JV

Test SNK Vs Capcom Card Fighters Clash

SNK Vs Capcom Card Fighters Clash

La Nintendo Switch accueille un nouveau jeu issu de la Neo Geo Pocket Color : SNK Vs Capcom Card Fighters Clash. Il est disponible à petit prix, 7,99€, depuis peu sur l’eShop de la Nintendo Switch. Ce n’est pas le premier portage que je teste sur le blog d’ailleurs.

Vous pouvez dès maintenant mettre de coté la lecture mon test de SNK Vs. Capcom The match of the Millennium ou encore celui de la compilation NEOGEO POCKET COLOR SELECTION Vol.1 . Ce sont de très bons jeux à découvrir (et une très bonne console). A l’époque ils ont été éclipsés par l’arrivée de la Game Boy Color sur le marché.

Comme le rappelait un certain Puyo, SNK Vs. Capcom Card Fighters Clash est le premier jeu à mélanger les deux univers (1999). Et cela, bien avant la déferlante de jeux de baton dans les années 2000. Il s’agit d’un jeu de cartes à jouer et à collectionner, issu de la populaire série de jeux de combat de SNK et Capcom. A la manière de Pokemon, le jeu nous demande de choisir entre sa version SNK ou Capcom. A l’origine il existait bien deux jeux différents. Ce choix nous permettra d’acquérir des cartes uniques à chacune des versions et verra son mode story légèrement changer.

Une réalisation sommaire mais des artworks chiadés

Je ne vais pas vous mentir, le jeu souffre d’une réalisation sommaire. Il faut dire que la Neo Geo Pocket Color n’était pas un foudre de guerre mais c’est surtout son format qui pose problème. Qui dit jeu de cartes dit Deck et qui dit console portable dit petit écran. Alors quand il s’agit d’ajuster son deck cela devient vite pénible. En effet, la description des cartes n’apparaissent pas dans le mode création de deck. L’ergonomie n’est clairement pas dingue et il vaut mieux se trouver le descriptif des cartes sur le web pour arranger son deck sur la console plus facilement.

Toutefois les artworks des cartes sont vraiment très beaux. Cela donne du peps visuellement car la zone de jeu est également très rudimentaire, bien que lisible. En dehors des joutes, nous serons amené à nous balader dans différentes zones de la ville à la recherche d’adversaires tel un joueur de Street qui irait de salle en salle assoir sa domination. Le mode histoire nous envoie en quête du trophée du SC Card Fighters’ Clash. Un tournoi qui demandera de se frotter à l’élite avant d’atteindre la grande finale. Evidemment en engrangeant des victoires, on gagnera de nouvelles cartes qui permettront de rendre plus compétitifs notre deck. C’est aussi l’occasion d’obtenir des cartes vraiment très jolies (Morrigan Nurse) !

Un jeu de cartes simple d’accès

… et pourtant bourré de mécanismes qui vont rendre les parties de plus en plus intéressantes. Le principe de base est assez simple. Il y a des cartes de combattants et des cartes actions. Au total un peu plus de 300 cartes à collectionner. Nous affrontons un adversaire disposant comme nous de point de vie. Pour gagner il faut réduire les points de vie de l’adversaire à zéro.

Devant nous trois emplacements qui vont permettre de poser 1 combattant par tour. Les combattants disposent de BP qui symbolise à la fois leurs points de vie, d’attaque et de défense ainsi que des SP (mana). Parfois ils ont également des aptitudes spéciales qui vont nécessiter de puiser dans notre jauge de mana. A chaque tour il est possible d’attaquer et le joueur adverse doit se défendre avec l’un de ses combattants ou encaisser les dégâts.

Plutôt simple me direz-vous. Il y a bien sûr des mécaniques qui vont pimenter les joutes :

  • En dépensant des SP, il est possible de faire des attaques combinées. Ainsi les forces des personnages s’ajoutent et seul le personnage attaquant prioritaire prendra des dégâts.
  • Les cartes actions permettent d’intervenir sur la partie en boostant une carte sur le terrain par exemple, en en détruisant une ou encore en agissant sur les jauges SP de chaque joueur
  • Certains personnages ont des aptitudes qui se déclenchent à leur entrée en jeu ou lorsqu’une certaine action se déroule.
  • Enfin le back-up promet des retournements de situation. En effet, certains personnages ont des relations avec d’autres. Ce qui permettra de les booster en sacrifiant un combattant en main. Par exemple si j’ai Ryu en jeu et Ken en main, je peux backuper Ryu avec la carte Ken. Ken part à la défausse et la carte de Ryu voit les BP de Ken s’ajouter au sien.

Voilà quelques éléments qui vous permettent, je l’espère d’y voir plus clair. Toutefois, c’est beaucoup plus limpide en y jouant (un tutoriel est également inclus dans le jeu). La stratégie est également de mise dans SNK Vs Capcom Card Fighters Clash. Rappelez-vous, je vous disais que l’on a QUE trois slots devant nous pour y poser nos combattants. L’une des tactiques est d’affaiblir les combattants adverses plutôt que de les tuer. Ainsi ils ne vous occasionneront que très peu de dégât et empêcheront par la même occasion l’adversaire de poser de nouvelles cartes sur table. Quoi qu’il en soit c’est vraiment très fun à jouer.

Une émulation Neo Geo Pocket Color toujours au top

J’en parlais déjà il y a quelque temps lors de précédents tests mais « l’émulation » de la Neo Geo Pocket Color sur la Nintendo Switch est parfaite. Les jeux tournent bien mais il y a un tas d’option qui vont de la fonction Rewind à la customisation de la coque de la NGPC en passant par des filtres et différents ratio de l’écran. Franchement, il y a un tas de titre cool issu de cette console et c’est toujours un plaisir de les (re)découvrir sur Switch.

Par contre le gros défaut de SNK Vs Capcom Card Fighters Clash est finalement son incapacité à nous proposer des joutes online ou en local face à un autre joueur humain. De la même manière, il est impossible d’échanger des cartes avec votre meilleur pote. En cas de doubles il sera tout de même possible de recycler des cartes (3 pour 1) à une borne au sein du jeu.

Bon SNK Vs. Capcom Card Fighters Clash, c’est goldé pour moi, j’enchaine les heures dessus. Le côté collectionnite est cool mais surtout les batailles sont toujours captivantes. En plus, je suis en train de collectionner les jeux NGPC et celui-là fait partie de ceux que je n’ai pas… Eh bien je peux vous dire qu’après toutes ces heures passées dessus, je n’ai qu’une envie : qu’il vienne compléter ma collection !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page